Tunisie : De la carte professionnelle: Pour en finir avec le soviétisme culturel

Prenons par exemple une question assez simple: comment définir un artiste professionnel ?

On pourrait croire que la réponse puisse être, assez logiquement et simplement: est un artiste professionnel, celui qui gagne sa vie en produisant de l’art.

Or, cela n’est pas aussi simple. Chez nous, un artiste professionnel est celui qui possède une carte d’artiste. Et ce n’est qu’avec ce bout de carton plastifié que l’on pourra voir inscrit sur sa carte d’identité nationale son métier d’artiste.

Sans cela, l’artiste qui ne serait pas titulaire d’une carte d’artiste ne pourra pas s’identifier aux yeux de l’administration comme un artiste professionnel. Sa carte d’identité indiquera donc « sans emploi/Journalier ».

Et, comme nous vivons sous des latitudes où les frontières et les murs entre les pays sont difficilement franchissables, cela signifiera l’impossibilité d’obtenir un visa, de se déplacer dans le monde de manière à diffuser son travail artistique (et, par extension, d’étendre l’influence culturelle de sa société et de son pays).

Source: www.huffpostmaghreb.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :