Face aux défis démographiques, d’accès à l’énergie, de transition sociétale et écologique et agricole auxquels fait face l’Afrique, il importe que la relation entre cette diaspora africaine de l’ère informationnelle et son continent soit renouvelée.

Aussi, pour un développement inclusif, la relation entre ces deux entités doit être empreinte d’une part, en ce qui concerne la diaspora, d’empathie, d’humilité et de pédagogie et, d’autre part, en ce qui concerne les dirigeants, les sociétés civiles et les populations du continent, d’accueil, d’ouverture et de disponibilité.
Ces deux « entités » ont indéniablement besoin l’une de l’autre pour co-construire l’Afrique.

Source: www.lesechos.fr

Publicités