Réussir son dixième anniversaire était un défi de la plus haute importance pour le Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), qui s’est tenu du 25 au 30 avril à Abidjan. Les concerts gratuits organisés par le groupe local Magic System avaient été endeuillés, fin avril 2016, par le décès sur scène de la star de la rumba congolaise, Papa Wemba, et la disparition, une semaine plus tard, du batteur du groupe, mort en tentant de porter secours à quelqu’un qui se noyait. Autant de drames qui auraient pu sonner la fin du Femua. Mais Salif « A’salfo » Traoré, leader des Magic System et commissaire général du festival, ne voulait pas renoncer à ce qu’il considère comme un cadeau fait aux habitants du village – aujourd’hui une commune de plus de 70 000 habitants – qui les a vus grandir

Source: www.lemonde.fr

Publicités