À quelques exceptions près, les artistes africains sont rarement rémunérés lors de la diffusion de leurs œuvres. Réuni près de Paris, le comité exécutif africain de la Cisac, la confédération qui gère les droits d’auteurs et des compositeurs, cherche des solutions pour le continent.

Source: www.jeuneafrique.com

Publicités